Publié le 4 Février 2016

CARREMENT 3

Comment répondre aux exigences du moment présent ? Quelle est l’image qui peut le mieux représenter les tourbillons de ce début du XXIème siècle, cent ans après l’apparition audacieuse du néoplasticisme de Mondrian et du suprématisme de Malevitch ? On ne peut certainement pas fermer les yeux ni rester innocent face à la révolution galopante du numérique qui envahit notre quotidien et ainsi notre esprit, et qui change profondément nos habitudes, notre manière de penser et de concevoir le monde et, inévitablement, aussi le monde de l’art. Bien que cette nouvelle philosophie fasse revivre le vieux rêve pythagoricien du nombre comme essence même de l’être et mette les mathématiques, en tant que langage universel reliant les domaines jadis opposés de la science et de l’art, au cœur de nos préoccupations, consciemment ou inconsciemment, la diversité abondante de la production artistique actuelle montre avec force la vitalité extraordinaire et la capacité créative inépuisable de la nouvelle génération d’artistes appartenant à la mouvance de l’Art Construit, déjà propagée à l’échelle planétaire.

Cette année encore, nous avons le privilège d’accueillir comme invité d’honneur un artiste qui a bien marqué son époque – une grande dame d’art contemporain, Vera Molnar, précurseur de l’art numérique, et son œuvre généreuse et noble. Un travail en permanent devenir, où le hasard côtoie la nécessité et l’aléatoire défie la logique rigoureuse de l’ordinateur laissant porte grande ouverte pour avancer encore plus loin dans le subconscient et l’intuitif, poussé par l’infatigable curiosité visuelle. Dans sa représentation plastique, située entre la logique et la poésie, dans son jeu subtil de combinaisons et de variations, entre le prédéterminé, la probabilité et la liberté, dans sa quête incessante de la richesse dans le minimal, et malgré la sophistication inévitable de la haute technologie, c’est l’inobéissance aux simples règles algorithmiques et le souffle de vie qui prennent toujours un pas en avant, tout en démystifiant le langage informatique, le rôle de l’ordinateur et son usage dans l’art. Car c’est le mode opératoire qui importe avant tout et qui reste inchangé, avec ou sans ordinateur, faisant de la machine un simple outil performant, un prolongement de la pensée. Nous saluons sa détermination, son courage et sa clairvoyance.

Cette troisième édition réunit trente artistes internationaux de renom : David APIKIAN, Jean Philippe BAUDRY, Joanick BECOURT, Milija BELIC, Roger BENSASSON, Joël BESSE, Charles BÉZIE, Dominique BINET, Bernard BLAISE, Michel CLOLUS, Olivier DE COUX, Lino DE GIULI, Daniel DE SPIRT, DELNAU, INDIA-SERENA, András JÁSZBERÉNYI, Danielle LESCOT, Pierre MILLOTTE, Vera MOLNAR, Roland ORÉPÜK, Christian PARQUET, Torsten RIDELL, Karima SANDAL, Jun SATO, Jamel SGHAIER, Muneki SUZUKI, Bogumila STROJNA, Philippe VACHER, Roger VILDER, Jacques WEYER.

Voir les commentaires

Rédigé par Milija Belic

Repost 0